L’immobilier fait partie des 3 plus grandes classes d’actifs au monde. Comment dès lors ce secteur prééminent pourrait passer au travers de la révolution Blockchain ? C’est inimaginable. Il faut donc regarder cette technologie en face , l’apprivoiser et comprendre comment elle va impacter intégralement toute la chaîne de valeur.

C’est déjà en marche …

La technologie Blockchain est déjà opérationnelle dans l’immobilier.

La Blockchain a commencé à prendre de l’ampleur en tant que force majeure de changement dans de nombreux secteurs, y compris l’immobilier. En Suède ou au Brésil, elle est déjà opérationnelle à certains niveaux transactionnels.

Si les professionnels de l’immobilier tardent à explorer et exploiter cette technologie, les particuliers qui l’utilisent déjà en crypto-monnaie pourraient bien les y pousser.

La blockchain pour les nuls

Aussi étrange que cela puisse paraître, cette technologie n’est pas apparue avec la crypto-monnaie. Le premier exemple de blockchain remonte à 1991, lorsque Stuart Haber et W. Scott Stornetta ont présenté leurs travaux sur une chaîne de blocs (blockchain) cryptographiquement sécurisée.

La véritable percée a eu lieu en 2008 avec le livre blanc de Satoshi Nakamoto décrivant le système de monnaie électronique Peer-to-Peer pour transférer des fonds entre deux personnes sans passer par un intermédiaire. C’est ce qui a donné le coup d’envoi de la folie des crypto-monnaies et a attiré l’attention du monde entier sur la blockchain.

Qu’est-ce que c’est exactement ?

La technologie blockchain donne accès à une base de données décentralisée, cryptée donc réputée inviolable et gérée par plusieurs participants qui possèdent chacun une clé. On l’appelle aussi “technologies des registres distribués” (DLT: Distributed Ledger Technologies).

La Blockchain stocke les données immobilières.

Lors d’une transaction, tous les participants ont accès aux mêmes enregistrements simultanément et l’historique ne peut pas être modifié après coup sans être détecté par les autres utilisateurs. C’est ce qui la distingue des bases de données traditionnelles, où chaque participant conserve généralement sa propre copie certifiée authentique et dont l’original est conservé (parfois mal, parfois encore en version papier) auprès d’une institution.

C’est aussi pour cela qu’elle est “décentralisée” : car aucun utilisateur ou groupe n’a le contrôle des registres, comme pourrait l’avoir un notaire par exemple.

Si la plupart des applications développées pour la blockchain se concentrent sur les services liés aux paiements (comme les envois de fonds), il existe en fait de nombreuses autres utilisations.

Les avantages de l’utilisation de la blockchain lors des transactions immobilières

L’un des principaux objectifs de l’utilisation de la DLT est de réduire les risques et les coûts pour toutes les parties impliquées dans une transaction immobilière. Voici quelques avantages majeurs que la blockchain apporte :

  • Sécurité et transparence des transactions : toutes les parties peuvent être certaines que la transaction a eu lieu et que les enregistrements ne peuvent pas être modifiés.
  • Des chaînes d’intermédiaires plus courtes et plus rapides : notaires, banquiers, acquéreurs et vendeurs peuvent valider une transaction en temps réel, en diminuant les délais administratifs.
  • Des frais plus bas : les intermédiaires n’ont plus besoin de valider les transactions et de tenir des registres, ils n’ont donc plus besoin de facturer ces frais ;

Le registre lui-même peut aussi être programmé pour déclencher automatiquement des transactions lorsque certaines conditions sont remplies.

  • Gérer les registres fonciers : la blockchain fournit un moyen plus efficace et plus sûr de stocker et de suivre les dossiers fonciers (comme les titres de propriété). Jusqu’à présent, on utilise des documents papier, au mieux numérisés, qui peuvent être facilement perdus ou copiés. Avec la blockchain, chaque document est automatiquement horodaté et enregistré, et son authenticité peut être vérifiée à tout moment. Il est donc facile de détecter les faux et les documents frauduleux. Les données ne peuvent pas être perdues ou disparaitre avec le décès d’une des parties prenantes : les recherches longues et fastidieuses en actes notariés n’auront plus cours.

L’impact va bouleverser principalement les intermédiaires : banques, notaires, courtiers.

L’usage de la Blockchain en immobilier va modifier le rôle des intermédiaires

Les bénéfices attendus : l’aide à la prospection immobilière.

  • Grâce à l’accessibilité de toutes les données propriétaire, du prix de vente et de la date de la transaction, on pourrait facilement collecter des informations de valeur et les utiliser pour mieux estimer, prendre contact ou prédire des mises en vente.

Il s’agirait de croiser toutes les sources qui seront stockées dans cet univers unique, plutôt que d’aller les chercher dans diverses bases de données (auxquelles une agence immobilière n’a pas toujours accès, comme le fichier Perval par exemple). Ces données seront exhaustives et il serait alors facile à un agent immobilier d’analyser un secteur en particulier en fonction de l’évolution des ventes.

  • L’agence immobilière pourrait utiliser la Blockchain pour donner accès à ses données internes authentifiées habituellement inaccessibles aux prospects. Tel l’actuel book agence, elles pourraient faire office de portfolio pour créer une relation de confiance. Prouver sa bonne santé ou son expertise sur un secteur en particulier, ce qui pourrait engager un vendeur à signer un mandat plus rapidement.

Comment tirer parti de la blockchain en tant qu’agence immobilière ?

Le périmètre d’intervention des agences immobilières sera préservé, dans la mesure où ses attributions ne relèvent pas de la blockchain, en tout cas dans le monde physique. (Dans le monde virtuel, c’est une autre histoire !)

Les agences pourraient au même titre que leurs clients tirer avantage de la situation, puisqu’elles souffrent aussi des délais de procédure.

Raccourcir les délais et toucher sa commission plus vite que dans les 3 mois impartis, il faut avouer que c’est plutôt attirant !

En outre, l’efficacité dans la vente sera renforcée par un accès immédiat aux PV d’AG, au carnet d’entretien d’un bâtiment, voire même à l’ensemble des travaux réalisés dans un appartement ou une maison. Les diagnostics, particulièrement le DPE (de plus en plus pointu sur les normes énergétiques) seront à ce point traçables et fiables qu’ils ne constitueront plus un risque de voir une vente s’annuler.

Et de nombreuses solutions sont à inventer en ce qui concerne la prospection immobilière.

Alors si vous êtes en passe de devenir la parfaite agence immobilière digitale, que vous avez (presque) fini de numériser vos documents, c’est une bonne chose. Mais sachez qu’il faudra rentrer manuellement toutes les données dans la base cryptée avant qu’elle ne soit pleinement opérationnelle.